Terrain en permaculture

Il s’agirait de cultiver ensemble un lieu en permaculture, dans le but d’atteindre une autonomie totale en fruits et légumes tout en se ré-éduquant au vivant.

Le lieu devrait donc avoir une superficie qui soit suffisante pour permettre de cultiver assez de fruits et de légumes variés et en toute saison pour le nombre de personnes membres de l’Ecolieu habitant près du lieu.

L’alimentation visée est végétale, ce qui rendrait pertinent la culture de quelques oléagineux comme des pignons, des noix, des noisettes.

 

Le terrain serait cultivé selon les principes de la permaculture, c’est-à-dire

  • sans engrais chimiques
  • sans pesticides
  • en faisant correspondre des plantes complémentaires pour atteindre une autogestion maximale de l’écosystème et donc un travail minimal de l’homme

 

Le lieu devrait ensuite être près du lieu de vie choisi par les membres du projet “Habitat partagé entre végés”. Une distance maximale d’une lieue 🙂 (4,8 km: la distance que parcourt un homo sapiens à pied en une heure) est souhaitée, l’idéal étant d’une demi-lieue.

  • La mise en culture du lieu ne doit pas représenter une épreuve mais permettre à chacun-e de se faciliter la vie en libérant du temps libre. Il ne doit donc pas être chronophage, énergivore, ou coûteux.
  • Si on se réserve une certaine souplesse d’une demi-lieue quant à la distance max du terrain au lieu de vie, c’est pour permettre le choix d’un terrain à la qualité de terre optimale. On privilégiera dans la mesure du possible la plus grande proximité du lieu de vie au terrain

 

Le terrain ne devrait pas être exposé à de trop grandes quantités de microparticules dans l’air, ni de trop de polluants dans les sols (résidus de phytosanitaires, métaux lourds) pour permettre la production d’une alimentation saine

 

On s’attachera aussi à trouver un lieu qui ne soit pas exposé à trop de bruit de véhicules motorisés, train, avions… pour que la mise en culture de celui-ci ne représente pas une épreuve de stress.

 

On imagine un devenir du lieu comme espace de relaxation, et d’aroma-thérapie, et jardin d’insertion.

 

Une cabane pourrait être créée en bout du terrain, pour permettre des activités tard le soir ou tôt le matin et de se reposer directement après. Le but est encore une fois de faire du terrain un lieu attractif. La cabane permettra en outre le stockage de différents fruits/légumes, ainsi que la fabrication de conserves de fruits/légumes en collectif. Un éventuel surplus serait bienvenu. Il pourrait être revendu par le biais d’une amap, ou partagé avec des proches de Vers l’Ecolieu selon le choix des membres.

 

Un terrain bien exploité en climat tempéré humide, type Rouen, de 150m2, permet de rendre autonome en légumes et fruits deux adultes. (voir: https://www.youtube.com/watch?v=y16Qgap0wW8 ). En imaginant une communauté de 30 personnes, le terrain devrait être de 2250m2.

 

L’idéal serait de se rendre propriétaires d’un seul terrain de cette superficie, voire de plusieurs terrains qui la totalisent à condition que ces différents terrains se situent respectivement à moins de 1 km les uns des autres, permettant ainsi le transports le plus rapide possible des fruits et légumes à pied, sans l’usage de transport motorisé.

 

La mise en culture du terrain nécessiterait un peu de matériel:

  • plusieurs pelles,
  • plusieurs bêches pour retirer d’éventuels cailloux gênants
  • plusieurs râteaux pour repartir du foin, du fumier, de la paille, des orties hâchés
  • plusieurs petits pots dans lesquels réaliser des semis
  • des piquets et des planches de bois et des gouttières pour réaliser des installations d’agricultures verticale ( voir: https://www.youtube.com/watch?v=xkcSagzvvUA )
  • une ou deux brouettes pour transporter et déplacer du terreau, des billes d’argiles, du matériel, et à terme des récoltes
  • des arrosoirs et/ou des seaux
  • des semences

 

Le choix de ces semences sera le fruit d’un ré-arbitrage au moment de l’achat du terrain. Il sera fonction du relief mais aussi du climat.

 

Dans le cas d’un terrain en zone tempérée humide, type Rouen, on peut imaginer les fruits et légumes suivants:

Racines:

  • des courges
  • des pommes de terre
  • des radis
  • des carottes
  • des betteraves
  • des navets

Feuilles:

  • des choux (romano, vert, blanc, chinois, pointu)
  • des blettes
  • des salades
  • des jeunes pousses: épinard, roquette

Fleurs:

  • des capucines (attirent sur elles les pucerons et évitent que les plantes alentours ne soient attaquées)

Haricots:

  • des haricots: rouges, noirs, blancs, des flageolets

Des petits fruits:

  • des mûres
  • des groseilles
  • des myrtilles
  • des framboises
  • des fraises
  • des tomates

Des arbres fruitiers:

  • des pommes
  • des poires
  • des pêches
  • des nectarines
  • des prunes
  • un noisetier
  • un pin

 

Ces semences seront obtenues dans la mesure du possible par le biais d’une grainothèque, et par les dons des membres.
Pour permettre une organisation qui convienne à tout le monde, et dans laquelle tout le monde trouve une compétence à améliorer, et de la joie, on se tournera vers la recherche de conseils auprès d’associations qui accompagnent les porteurs de projets en culture biologique comme l’association Terre de Liens ou le mouvement Colibris.

Me tenir au courant

Contact: Rebecca beckapeltzer@gmail.com
Utiliser le formulaire de contact du site ou sur le forum: http://ecolieu.fr/index.php/forums/forum/les-projets/jardin-partage-permaclture/
Participer à la modification de ce texte


Laisser un commentaire