Où est-ce qu’on en est ?

Depuis juin 2016 l’association Vers l’écolieu s’est faite connaître sur les réseaux sociaux ou via le bouche à oreille. Nous avons organisé des conférences largement diffusées ainsi que des dizaines d’événements conviviaux pour que les membres se rencontrent. Bien que plus de 400 personnes soient abonnées à la newsletter et que plus de 1000 soient sur le groupe facebook, seules quelques unes ont rencontré d’autres membres, rejoint ou proposé des projets de vie, d’activité ou de convivialité. Nous portons cependant collectivement une quelques projets d’habitat, d’achat de terrain, pro ou associatif. Une grande consultation des membres a été lancée pour nous rassembler autour de projets concrets et nous permet de mettre en contact les personnes intéressées par les mêmes choses. Nos événements permettent de favoriser les rencontres, nécessaires à l’initiation de réalisations communes.

Le choix de la région rochelaise comme destination semble cependant mobiliser davantage. Nous sommes pour l’instant une dizaine de bénévoles à rechercher les moyens de trouver des personnes prêtes à s’investir dans leur projet de vie ou à motiver celles déjà présentes dans le groupe.

Quelques groupes avancent bien, alors que d’autres sont au point mort faute de reponsables pour prendre en main la gestion de projet. Un groupe projet d’habitat participatif est entré en activité en décembre 2017, les membres des projets de cohabitat entre végés et centre thérapeutique  se rencontres régulièrement sur Paris. 

Nous avons présenté Vers l’écolieu aux pouvoirs locaux, et en particulier la communauté d’agglomération qui gère le projet d’écoquartier de Bongraine, à Aytré. Cet écoquartier est une belle opportunité pour nous aider à mener à bien un grand nombre de projets collectifs, de l’habitat et jardins partagés à la maison commune, voire même à l’installation en maraîchage bio.

Un premier déménagement est prévu pendant l’été 2019, en ciblant tout d’abord des appartements ou maisons en location proches les unes des autres, pour faciliter la transition et trouver les bonnes opportunités immobilières sur place.

Plus de détails avec l’historique de nos newsletters


Laisser un commentaire