Des localisations pour des projets divers

Notre but n’est pas de proposer un seul type d’habitat mais une multitude de projets, dont des projets d’habitats, des infrastructures partagées (jardins, maison commune, ateliers, bassin, école…) et des projets associatifs ou militants qu’on peut plus difficilement placer sur une carte. Certains projets seront donc plutôt urbains (colocation, restaurant, atelier vélo…), d’autres plutôt périurbains (habitat partagé, amap, jardins partagés) et certains plutôt ruraux (écohameau, exploitation agricole, sanctuaire animal…).

Un fonctionnement horizontal pour des ambitions de rayonnement national

Si certains projets sont limités en nombre de participant·e·s (hameaux, habitats participatifs), d’autres nécessites le plus grand nombre de membres possible (monnaie locale, école Montessori…). Plus il y aura de projets, plus ils seront visibles et seront en accord avec les envies de chacun·e. N’importe quelle personne participant à au moins un projet (jardin partagé, atelier de réparation vélo, amap…) est membre à part entière. Les projets sont tous autonomes et n’apportent aucun soucis de gestion au collectif. La fédération de projets Vers l’écolieu ne se fixe donc aucune limite.

Nous rejoindrons d’autres projets rochelais même si nous ne sommes qu’une dizaine, mais nous espérons au moins réunir une trentaine de personnes pour initier un pôle associatif dynamique. Nous continuerons à nous faire connaître et à regrouper des porteuses d’alternatives une fois installées à la Rochelle, afin de constituer petit à petit un pôle alternatif de rayonnement national proposant un projet de société plus altruiste et équitable à travers une multitude d’alternatives sociales et solidaires.

Une concentration de projets en bordure sud de La Rochelle, pour favoriser les interactions

Comme notre but est de fédérer ces projets et de créer une communauté porteuse d’alternatives équitables et altruistes, nous allons quand même chercher à rapprocher ces projets. Afin de permettre d’être proche des projets urbains comme des projets ruraux, il nous semble intéressant de rassembler un maximum de projets en bordure de ville. A La Rochelle, la ville ne s’étant pas beaucoup : le bord de la ville se situe à à peine 2km du centre et il pourrait être possible de trouver des terrains agricoles à peine plus loin. La limite sud de la ville, en contact avec Aytré, nous semble idéale : Il y a déjà un habitat participatif de 18 logements et un écoquartier sera construit à Aytré en 2020.

Nous allons créer un partenariat pour profiter au maximum de cette dynamique lancée par les pouvoirs publics, afin de faciliter l’accès à la location, à la propriété, aux infrastructures partagées… et faire de cet écoquartier un pôle associatif dynamique visible bien au delà de l’agglomération rochelaise !

Les atouts de La Rochelle pour l’écolieu

La création d’un écoquartier dans un timing parfait pour que nous co-construisions certains de nos projets en partenariat avec la communauté d’agglomération est loin d’être le seul atout de La Rochelle ! Cette ville est l’une des (sinon la plus) appréciée par ses habitant. Ancrée solidement à gauche, ses habitants y développent une offre culturelle et associative fournie, et cette ville étudiante reste très vivante, même en hiver une fois son festival et la saison touristique passée.

La région rochelaise profite du plus fort ensoleillement de toute la côte atlantique, avec un climat océanique agréable en été comme en hiver et des pluies réparties sur toute l’année. La ville est très bien desservie par les réseaux routiers et ferrés, par exemple accessible en 3h depuis Paris.

  • En plus de présenter l’attrait d’une belle ville de bord de mer, La Rochelle permet l’inclusivité du plus grand nombre de projets et de membre au sein de notre collectif :
    l’agglomération compte 220 000 habitants, ce qui devrait permettre de trouver du travail ou des client·e·s à la plupart de nos membres (et des adhérents pour nos projets),
  • la ville ne s’étend pas très loin, ce qui permettra aux projets ruraux de rester proche du bord de la ville,
  • la ville est douce, avec un climat sans extrêmes et une très bonne offre de soin, ce qui favorise l’inclusion des plus fragiles d’entre nous,
  • la pression foncière est peu élevée dans les villes des environs, ce qui devrait permettre même aux petits budgets de s’installer, que ce soit en location, en retapant une vieille ferme des environs ou en participant à notre collectif d’autoconstructrices et d’autoconstructeurs.

Pour commenter ou modifier ce texte, suivez ce lien.

Le processus collectif nous ayant amené à choisir La Rochelle

Lors de la création de Vers l’écolieu, il avait été décidé que le projet serait périurbain afin de pouvoir accueillir le maximum de projets, mais il n’avait pas été décidé de ville. Dans un souci d’équité, il nous semblait préférable que même les personnes nous rejoignant en 2019 aient leur mot à dire sur notre destination. Cependant, lors de notre première rencontre bisannuelle, une membre a signalé qu’il lui était difficile de s’engager sans plus de précisions. Ce sentiment étant partagé, nous avons décidé de lancer une première consultation, fin 2016, afin de déterminer quels critères de localisation étaient  importants pour nos membres et lesquels devaient être fixés dès maintenant pour faciliter l’engagement. Nous avons alors formé un groupe de travail qui a proposé de se prononcer sur 56 critères, lors d’une consultation accessible à tou·te·s pendant 1 mois.

Il est ressorti de cette première consultation que le choix de la ville devait être fait dès 2017, à partir d’une dizaine de critères particulièrement importants, allant des conditions climatiques aux conditions sociales et économiques, en passant par la qualité environnementale.

Un nouveau groupe de travail a alors étudié ces critères pour sélectionner 17 villes, a créé une fiche récapitulative pour chacune d’entre elle et à proposé aux personnes impliquées dans le groupe de donner une note à chacune de ces villes. Après 1 mois de libre accès à la consultation, il en est ressorti une préférence nette pour La Rochelle (note de 126 points et moyenne de 8,3/10), loin devant Angers ( 78 points, moyenne de 6,2/10) et La Roche-sur-Yon ( 71 points, moyenne de 5,6/10).

Pour commenter ou modifier ce texte, suivez ce lien.

Nos projets concrets

Ces documents collaboratifs servent à regrouper les envies des personnes souhaitant rejoindre un lieu qui sera choisi collectivement lorsque les personnes participantes seront prêtes et assez nombreuses (cible: 30 personnes engagées en 2019). Ils serviront à la fois à savoir quels sont nos intérêts collectifs en termes d’installations et à montrer à de nouvelles personnes ce que nous pourrions faire ensemble !

N’hésitez pas à participer ! Il fondamental pour nous que les arguments et envies de chaque personne impliquée soient pris en compte avec autant de considération, qu’ils soient issus d’un membre fondateur ou d’un nouvel arrivant.

Accéder au document regroupant nos envies matérielles

Accéder au document regroupant nos envies d’activités

Localisation et dimensions

Cet article témoigne de l’orientation d’origine de notre collectif, en juin 2016. Les textes actuels sont visibles en suivant ce lien.

Pour améliorer l’agrément, le renouvellement des idées et relations et la robustesse du collectif d’habitat, un minimum de 50 personnes semble préférable. La proximité d’une population hors du collectif permet de renforcer ces aspects. Pour arriver à ce nombre élevé, le projet commun doit être en adéquation à un large spectre d’envies. Une association est proposée afin de faciliter la convergence de personnes intéressées.

La localisation exacte devait être choisie quelques mois seulement avant le début des installations, afin que le plus grand nombre possible de personnes puissent prendre part à ce choix, mais la prise en compte des avis de nouvelles personnes nous à engager à choisir une ville dès 2017. Chaque personne pourra prendre le temps qu’il lui faudra avant de déménager, afin d’organiser son activité et son logement dans la zone choisie.

L’écolieu se situera à la bordure d’une ville. Ce choix permettant de profiter à la fois d’avantages de l’agglomération et de la campagne. Un lieu mixte permet l’inclusivité d’un plus grand nombre d’envies et de choix, en permettant de trouver des logements en location ou à la vente, en centre ville… ou au contraire plus isolés, à quelques kilomètres de la ville.

La présence d’une population déjà sur place augmente l’ouverture de l’écolieu. Elle permet aussi d’accéder à des services, emplois et compétences non présents au sein du collectif (ex : épiceries, poste, etc.) et de faciliter une éventuelle activité économique dans l’écolieu.

Géographiquement, des zones attractives sont à préférer pour attirer des personnes vers l’écolieu ou vers les services offerts par ses habitants. Le prix du terrain doit être assez faible pour permettre au maximum de personnes de s’installer. Le climat (et son évolution probable) doivent également être pris en compte vis-à-vis des besoins de tous (ex : maraîchage, sensibilité aux grandes chaleurs…).

Le lieu d’implantation doit être relativement neutre et ne pas appartenir (économiquement ou symboliquement) à quelques membres du collectif. La population locale et les pouvoirs publics locaux doivent être (au minimum) globalement favorables à l’implantation de l’écolieu. La bienveillance et l’aide des locaux seraient un plus non négligeable.

Si vous êtes intéressé·e par notre projet, n’hésitez pas à donner votre avis quant à la localisation idéale.

En savoir plus sur le fonctionnement de l’écolieu
Voir une proposition de charte

Participer à la rédaction de ce texte ou le commenter

Exemple de charte

Déclaration des droits de l'homme

Ce texte a pour vocation de définir un écolieu ouvert, évolutif et agréable à vivre. Chaque projet au sein de Vers l’écolieu est autonome. Il n’appartient donc pas à la fédération de projets Vers l’écolieu d’imposer une charte. Tout projet est bienvenu tant qu’il ne contrevient pas à nos valeurs.

L’écolieu est destiné à être :

  • Un lieu de vie pour des personnes qui sont en recherche de moyens pour vivre de façon plus harmonieuse sur le plan personnel, social et environnemental, en cohérence avec leurs idées. Il ne s’agit pas d’une seule propriété. Chaque membre est libre de vivre au sein du projet d’habitat qui lui correspond, que ce projet soit personnel ou collectif. La fédération d’associations Vers l’écolieu propose des équipements collectifs permettant la réalisation d’activités communes ouverts aux membres ou à tou·te·s (loisirs, jardin, repas, accueil familial et amical etc…).
  • Un lieu d’activité, de rencontre et de formation, pour la promotion des idées et valeurs altruistes. La fédération associative propose d’organiser, et éventuellement de domicilier, sur son/ses éventuels sites et ses environs toutes activité associative,  professionnelle et/ou commerciale, compatibles avec les objectifs et les valeurs de ses membres, de préférence dans le cadre d’une économie sociale et solidaire. Toute activité n’allant pas à l’encontre des valeurs d’altruisme et d’équité pourra être soutenue.

Les personnes participant à la vie de l’écolieu se rassemblent autour de valeurs communes qu’elles souhaitent expérimenter ensemble et transmettre autour d’elles.

Ces valeurs sont l’altruisme et l’équité, qui impliquent entre autres:

  • La détermination à mettre en œuvre individuellement et collectivement, localement et globalement un mode de vie respectueux de l’environnement, visant à réduire notre empreinte écologique par une recherche de simplicité de vie, une consommation responsable et par l’usage de ressources renouvelables.
  • La bienveillance, la non-violence relationnelle et la justice entre les membres du collectif, ainsi que la recherche de l’élargissement de ces principes à tous les êtres doués d’émotions ou d’un certain degré de conscience qu’ils soient actuellement vivants ou futurs.
  • La solidarité, en privilégiant les échanges non marchands en interne et avec l’extérieur (entraide, don, SEL, etc.).
  • Le respect des convictions philosophiques et religieuses de chacun, en favorisant l’expression des opinions dans leur diversité.
  • L’ouverture à l’extérieur en favorisant l’accueil des personnes et des groupes et en participant à la vie locale (associative, professionnelle etc.).

Ces valeurs seront expérimentées dans un esprit convivial, de cogestion et de transparence :

  • en multipliant les occasions de rencontre, de partage et d’écoute ;
  • en prenant les décisions importantes par des formats de décisions impliquant équitablement tous les acteurs, en veillant aux inégalités de niveau social, de genre ou d’introversion.

En savoir plus sur la localisation et la taille de l’écolieu
En savoir plus sur le fonctionnement l’écolieu

Participer à la rédaction de ce texte ou le commenter

Questions fréquentes (FAQ)

C’est quoi un écolieu ?

C’est un lieu où l’on se préoccupe d’écologie. Nous avons choisi ce terme car il est assez peu répandu et assez large pour ne pas créer trop de présupposés lorsqu’on l’entend. Ceci nous permet d’exposer notre concept sans avoir à déconstruire l’idée initiale de la personne à qui l’on parle. Au contraire, et même si nous ne renions pas ces termes, “écovillages” ou “communautés” appellent de nombreux préjugés, qui ne nous correspondent pas forcément.

Votre projet est-il un projet communautaire comme en 68 ?

Non. Vers l’écolieu n’est pas un projet mais une combinaison de projets. Les projets communautaires inspirés du mouvement des communautés post 68 sont aussi bienvenus que les projets d’habitat classiques en propriété individuelle.

Ces choix de vie amenant à vivre sur des propriétés séparées ne devraient pas empêcher ces personnes de partager des projets tels que des repas hebdomadaires en grand groupe, une épicerie solidaire, un atelier de réparation ou encore un engagement militant.

Je veux bien venir si je peux avoir une piscine. C’est ok ? (Question posée selon de nombreuses variantes)

Oui, mais il ne faudra pas s’étonner si nos membres décroissant ne sont pas tentés par un investissement dans une piscine chlorée.

Question efficacité écologique: pour qu’un choix de vie soit inspirant, il faut que les personnes qui le pratiquent soient heureuses. Et mieux vaut une piscine partagée entre voisin·e·s de bonne compagnie que des piscines individuelles.

Est ce qu’il y a des conditions pour rejoindre le groupe ? Une sélection ?

Non. Il ne nous appartient pas de déterminer qui pourra ou non habiter près du groupe. Nous n’allons pas acheter tous les terrains alentour pour “choisir” nos voisins. En revanche, nous choisirons de nous installer dans un lieu où des terrains constructibles seront accessibles à nos membres.

Chaque projet soutenu par nos membres peut quant à lui sélectionner ses participants. Nulle personne n’est tenue de participer à un projet, mais cela ne veut pas dire que chacune est libre d’adhérer à un projet de son choix.

Les comportements répétés ou grave de manquement aux valeurs du groupe pourraient être sanctionnés par une mise à l’écart de l’ensemble des projets.

Êtes vous tou·te·s  végétarien·ne·s ?

Non. Vers l’écolieu fédère des personnes autour des valeurs d’altruisme et d’équité. Il existe de nombreux arguments pour aller vers ces modes de consommation plus respectueux de l’environnement et des êtres doués de sensibilité et sentiments. Mais sur le chemin vers plus d’altruisme et d’équité, chaque personne part d’un point de départ différent et doit pouvoir choisir sa voie et son rythme, sans subir de pressions.

En terme d’efficacité pour les causes animales ou environnementales, séparer des végétarien·ne·s du reste de la société serait contre productif. De plus, éloigner des personnes mangeant des animaux n’a aucun intérêt altruiste puisque ça ne les empêchera pas de continuer. Nous avons tout un article là dessus.

Les projets d’élevage raisonné seront-ils possibles dans l’écolieu ?

Oui, mais… C’est un point sensible qui mérite discussion. En première approche nous ne souhaitons pas encourager l’exploitation animale, mais souhaitons être inclusifs. Il est important que des personnes sensibles à la souffrance ou l’enfermement des animaux puissent ne pas pâtir de ces exploitations, c’est pourquoi il serait judicieux de bien choisir ses voisins.

En terme d’efficacité pour la cause animale, si quelqu’un doit acheter de la viande, mieux vaut qu’elle vienne d’une exploitation qui recherche un moindre mal plutôt que d’une exploitation industrielle. De plus, éloigner une chose ne le ferait pas disparaitre.

Avez vous déjà commencé à construire ? / Où sera situé le lieu ?

Non. Nous envisageons un déménagement dans 3 ans, vers un lieu choisi collectivement. Le fait de choisir un lieu le plus tard possible permet d’inclure les avis d’un maximum de personnes concernées, dans une démarche d’inclusivité et d’équité.

 

Participer à la rédaction de ce texte ou le commenter

Nos valeurs

Les valeurs de Vers l’écolieu sont l’équité et l’altruisme, auxquelles s’ajoute la convivialité.

Ces deux premières valeurs sont des idéaux. Elles ne doivent pas être vues comme des prérequis pour pouvoir faire partie d’un “club”. Ces valeurs sont surtout des objectifs communs que nous nous donnons individuellement, mais également collectivement à travers les projets que nous menons.

Chacun·e peut donc avancer à son rythme et depuis son propre point de départ sur le chemin qui mène vers plus d’équité et d’altruisme.

Outre ces objectifs communs, ces deux valeurs signifient également que Vers l’écolieu ne participera pas à des projets allant à l’encontre de ces valeurs. Des projets neutres par rapport à ces critères sont cependant bienvenus. Ainsi, une personne pourrait participer au sein de Vers l’écolieu à un collectif artistique, mais devrait (par exemple) pratiquer sa passion pour la chasse à courre sans le soutien de notre collectif. Les membres sont évidemment libres de leurs pratiques en dehors de Vers l’écolieu.

La convivialité est un but secondaire des actions menées au sein de Vers l’écolieu. Proposer des alternatives est beaucoup plus intéressant si elles permettent d’accéder à un peu plus de joie et de bonheur. Le plaisir d’être ensemble est aussi ce qui permet le mieux de faire fonctionner durablement des projets collectifs.

Pour  savoir plus sur l’altruisme
Pour en savoir plus sur l’équité
Pour en savoir plus sur la question écologique 
Pour en savoir plus sur la question animale

Pour commenter ou modifier ce texte, suivez ce lien.