Des localisations pour des projets divers

Notre but n’est pas de proposer un seul type d’habitat mais une multitude de projets, dont des projets d’habitats, des infrastructures partagées (jardins, maison commune, ateliers, bassin, école…) et des projets associatifs ou militants qu’on peut plus difficilement placer sur une carte. Certains projets seront donc plutôt urbains (colocation, restaurant, atelier vélo…), d’autres plutôt périurbains (habitat partagé, amap, jardins partagés) et certains plutôt ruraux (écohameau, exploitation agricole, sanctuaire animal…).

Un fonctionnement horizontal pour des ambitions de rayonnement national

Si certains projets sont limités en nombre de participant·e·s (hameaux, habitats participatifs), d’autres nécessites le plus grand nombre de membres possible (monnaie locale, école Montessori…). Plus il y aura de projets, plus ils seront visibles et seront en accord avec les envies de chacun·e. N’importe quelle personne participant à au moins un projet (jardin partagé, atelier de réparation vélo, amap…) est membre à part entière. Les projets sont tous autonomes et n’apportent aucun soucis de gestion au collectif. La fédération de projets Vers l’écolieu ne se fixe donc aucune limite.

Nous rejoindrons d’autres projets rochelais même si nous ne sommes qu’une dizaine, mais nous espérons au moins réunir une trentaine de personnes pour initier un pôle associatif dynamique. Nous continuerons à nous faire connaître et à regrouper des porteuses d’alternatives une fois installées à la Rochelle, afin de constituer petit à petit un pôle alternatif de rayonnement national proposant un projet de société plus altruiste et équitable à travers une multitude d’alternatives sociales et solidaires.

Une concentration de projets en bordure sud de La Rochelle, pour favoriser les interactions

Comme notre but est de fédérer ces projets et de créer une communauté porteuse d’alternatives équitables et altruistes, nous allons quand même chercher à rapprocher ces projets. Afin de permettre d’être proche des projets urbains comme des projets ruraux, il nous semble intéressant de rassembler un maximum de projets en bordure de ville. A La Rochelle, la ville ne s’étant pas beaucoup : le bord de la ville se situe à à peine 2km du centre et il pourrait être possible de trouver des terrains agricoles à peine plus loin. La limite sud de la ville, en contact avec Aytré, nous semble idéale : Il y a déjà un habitat participatif de 18 logements et un écoquartier sera construit à Aytré en 2020.

Nous allons créer un partenariat pour profiter au maximum de cette dynamique lancée par les pouvoirs publics, afin de faciliter l’accès à la location, à la propriété, aux infrastructures partagées… et faire de cet écoquartier un pôle associatif dynamique visible bien au delà de l’agglomération rochelaise !

Les atouts de La Rochelle pour l’écolieu

La création d’un écoquartier dans un timing parfait pour que nous co-construisions certains de nos projets en partenariat avec la communauté d’agglomération est loin d’être le seul atout de La Rochelle ! Cette ville est l’une des (sinon la plus) appréciée par ses habitant. Ancrée solidement à gauche, ses habitants y développent une offre culturelle et associative fournie, et cette ville étudiante reste très vivante, même en hiver une fois son festival et la saison touristique passée.

La région rochelaise profite du plus fort ensoleillement de toute la côte atlantique, avec un climat océanique agréable en été comme en hiver et des pluies réparties sur toute l’année. La ville est très bien desservie par les réseaux routiers et ferrés, par exemple accessible en 3h depuis Paris.

  • En plus de présenter l’attrait d’une belle ville de bord de mer, La Rochelle permet l’inclusivité du plus grand nombre de projets et de membre au sein de notre collectif :
    l’agglomération compte 220 000 habitants, ce qui devrait permettre de trouver du travail ou des client·e·s à la plupart de nos membres (et des adhérents pour nos projets),
  • la ville ne s’étend pas très loin, ce qui permettra aux projets ruraux de rester proche du bord de la ville,
  • la ville est douce, avec un climat sans extrêmes et une très bonne offre de soin, ce qui favorise l’inclusion des plus fragiles d’entre nous,
  • la pression foncière est peu élevée dans les villes des environs, ce qui devrait permettre même aux petits budgets de s’installer, que ce soit en location, en retapant une vieille ferme des environs ou en participant à notre collectif d’autoconstructrices et d’autoconstructeurs.

Pour commenter ou modifier ce texte, suivez ce lien.

Le processus collectif nous ayant amené à choisir La Rochelle

Lors de la création de Vers l’écolieu, il avait été décidé que le projet serait périurbain afin de pouvoir accueillir le maximum de projets, mais il n’avait pas été décidé de ville. Dans un souci d’équité, il nous semblait préférable que même les personnes nous rejoignant en 2019 aient leur mot à dire sur notre destination. Cependant, lors de notre première rencontre bisannuelle, une membre a signalé qu’il lui était difficile de s’engager sans plus de précisions. Ce sentiment étant partagé, nous avons décidé de lancer une première consultation, fin 2016, afin de déterminer quels critères de localisation étaient  importants pour nos membres et lesquels devaient être fixés dès maintenant pour faciliter l’engagement. Nous avons alors formé un groupe de travail qui a proposé de se prononcer sur 56 critères, lors d’une consultation accessible à tou·te·s pendant 1 mois.

Il est ressorti de cette première consultation que le choix de la ville devait être fait dès 2017, à partir d’une dizaine de critères particulièrement importants, allant des conditions climatiques aux conditions sociales et économiques, en passant par la qualité environnementale.

Un nouveau groupe de travail a alors étudié ces critères pour sélectionner 17 villes, a créé une fiche récapitulative pour chacune d’entre elle et à proposé aux personnes impliquées dans le groupe de donner une note à chacune de ces villes. Après 1 mois de libre accès à la consultation, il en est ressorti une préférence nette pour La Rochelle (note de 126 points et moyenne de 8,3/10), loin devant Angers ( 78 points, moyenne de 6,2/10) et La Roche-sur-Yon ( 71 points, moyenne de 5,6/10).

Pour commenter ou modifier ce texte, suivez ce lien.